desaisonnaliser-ses-rp

Voici une question qui se pose parfois quand un produit s’inscrit dans une saisonnalité/tradition limitée sur le calendrier : comment faire parler de lui dans les médias en dehors des marronniers habituels ? Créer la consommation à d’autres moments de l’année, à travers d’autres usages ?

Si vous êtes tentés de prendre la parole à l’heure où l’on ne vous attend pas, posez-vous les bonnes questions avant de vous lancer.
Parce que vos informations doivent d’abord coller aux besoins éditoriaux des médias, vous devez vous prémunir de tout éventuel « flop ».

 

Question n°1 : proposition surprenante ou artifice marketing ?

C’est à ce prisme que le journaliste va juger votre communication RP : il sera positivement surpris ou pas du tout surpris. C’est peut-être la première fois que vous collaborez avec tel grand chef, mixologue ou que vous mettez en place un concours de cuisine grand public dans un lieu parisien branché. Mais ce journaliste, combien d’autres annonceurs a-t-il vu suivre le même chemin ?
Quelle est votre légitimité particulière à investir tel ou tel terrain ? Aujourd’hui, les collab’ culinaires et autres événements éphémères doivent surenchérir de créativité et d’effets « Whaou » pour obtenir une couverture médiatique significative. Il faut créer une expérience qui donne à la fois envie et raison au journaliste de la proposer à ses lecteurs, et ce d’autant plus quand la saison ne vous est à priori pas favorable.

 

Question n°2 : quels moyens vous donnez-vous pour créer ces nouvelles expériences de consommation ?

Le journaliste doit donc avoir une bonne raison de parler d’un produit en dehors de sa saison traditionnelle.
S’il est toujours possible de construire un alibi de toute pièce, rien ne vaut et rien ne vaudra l’innovation produit pour en dépoussiérer la consommation.
C’est ce pari qu’à fait notre client la marque Val de Rance : moderniser le cidre, encore cantonné à la galette de rois et à la chandeleur.
En inventant le premier cidre en canette, et avec un packaging moderne et acidulé, la marque a conquis le cœur des journalistes cet été.
Val de Rance s’y est ainsi offert une belle part de visibilité, en plein dans les tendances du nomadisme et du snacking, et a plus largement crée un regain d’intérêt pour la marque.

val-de-rance

 

Question n°3 : comment maximisez-vous vos chances d’avoir de belles retombées ?

On aurait parfois tendance à vouloir l’oublier, mais assurer une belle communication RP au cœur de votre saison reste le moyen le plus sûr d’obtenir de belles retombées ! Modifier les comportements ancrés dans une culture, dans des traditions et dans des habitudes demande beaucoup de créativité, un certain nombre de moyens, mais aussi et surtout du temps… C’est pourquoi il est incontournable de pêcher d’abord là où sont les poissons et de garantir votre part de voix sur vos temps forts de consommation actuels, pour défendre votre marque face à vos concurrents. Une fois ces fondamentaux posés, les RP pourront travailler à vous différencier et vous positionner progressivement sur d’autres tendances et d’autres usages.

 

Question n°4 : et si vous faisiez de la saisonnalité un véritable atout ?

Plus c’est de saison, et plus on aime… Surtout dans le secteur de l’alimentaire. Vivre et manger au rythme des saisons est un phénomène qui s’amplifie, dans le sillage du « consommer mieux ». Le monde des médias se « Jean-Pierre Pernaud-ise », avec son lot de reportage au cœur des productions, au cœur des terroirs, au cœur des traditions. Et les consommateurs semblent ne jamais en avoir assez, tant les préoccupe le souhait de remettre du lien entre le produit transformé, son origine et ses engagements. A ce titre, avez-vous assez exploité la richesse de la saisonnalité sous cet angle ? Celui du retour à la terre… ou à la mer ?

desaisonaliser-ses-rp